Les vélos s'invitent dans les entreprises

(Paris, le 23 juin 2016)

Assiste-on à l’avènement du vélo-partage en entreprise à grande échelle?

Une étape a en tout cas été franchie lors du récent Salon des Transports publics, qui se tenait les 14,15 et 16 juin derniers à la porte de Versailles à Paris. Un partenariat entre trois acteurs importants de la mobilité (Public LLD, filiale d’Arval ; Cyclez, spécialiste du vélo-partage et Signature Group) a en effet été signé pour la mise en place d’un système de vélo-partage. Cet accord a vocation à s’appliquer à terme à toutes les filiales d’Arval, dans le cadre d’une offre dite de « mobilité partagée », couplant auto et vélo-partage.

A l’heure où certaines villes veulent restreindre l’accès des automobiles, les offres en vélo-partage ou en LLD peuvent devenir des offres crédibles de déplacements, notamment pour les trajets domicile-travail.

Comme le rappelle à l’Observatoire du véhicule d’entreprise, Charles Poretz, président de Cyclez, « chaque entreprise peut décider des utilisations auxquelles sont destinés les vélos ». Dans les faits, ces derniers sont majoritairement utilisés par les collaborateurs sur des trajets domicile-travail et pour des déplacements inter/intra-sites.

Cependant, comme l’atteste une enquête menée en février dernier par un autre acteur du vélo-partage, Colibree, les collaborateurs ont tendance à diversifier leurs usages. Réalisée auprès des 686 salariés bénéficiant de sa solution de vélo-partage, cette étude indique que de plus en plus de collaborateurs pédalent également lors de leur pause déjeuner ou dans le cadre de leurs déplacements professionnels. Plus de 55 % des personnes interrogées se disaient favorables à une utilisation du vélo pour les trajets gare-lieu de travail.

Plusieurs acteurs se partagent ce marché de niche : Green On, créé en 2009 et soutenu par le groupe Mobivia (Vinci) ; Cyclez, lancé en 2013 ou encore Cyclable Entreprises, né en 2010 et orienté sur une offre de location longue durée de vélos pour les entreprises.

A la différence des services en libre-service type Vélib, ces acteurs de la mobilité proposent des dispositifs complets de gestion de flottes, allant de l’installation des vélos sur les sites, à l’entretien du parc en passant par l’assistance.

En l’espace de quelques années, ils ont réussi à convaincre de grands groupes tels que la SNCF, Bouygues Immobilier, Thales, la Poste ou encore Airbus. Les collectivités territoriales sont également attentives à ces solutions de vélo-partage pour leurs collaborateurs.

Dernier arrivant sur le marché, Colibree, crée en 2014, se limite pour l’instant à la région parisienne. Il compte à son actif une dizaine d’entreprises clientes , pour un total de 12 sites. Selon son président, François Rabasse, met avant tout l’accent sur la « qualité du suivi client », avec une seule offre de VAE (vélo à assistance électrique). Colibree compte prochainement s’étendre hors de l’Ile de France, notamment à Rennes, Strasbourg ou encore Bordeaux.

Le vélo-partage en entreprise peut permettre, selon Charles Poretz de Cyclez, un « changement d’habitude des collaborateurs », à condition toutefois d’une vraie volonté de la part des dirigeants. A ce titre l’obligation pour les entreprises ayant plus de 100 personnes employées sur un même site de déployer un plan mobilité d’ici à 2020, pourrait accélérer le mouvement.

 

Bon à savoir

Plusieurs dispositions fiscales

Le vélo en entreprise a fait son apparition dans les textes officiels, le 17 août 2015, dans le cadre de la Loi sur la transition énergétique. Celle-ci prévoit deux mesures incitant au déploiement des bicyclettes en entreprise :

• pour les employeurs, une réduction fiscale sur l’impôt sur les sociétés pouvant s’élever jusqu’à 25% du coût d’achat des vélos. Cette réduction est réservée à l’achat et non à la location de vélos, a précisé l’administration le 16 juin 2016 dans une réponse à une question écrite de la sénatrice socialiste des Landes, Danielle Michel.

• pour les salariés, une indemnité kilométrique fixée à 0,25 € par kilomètre parcouru entre leur domicile et leur lieu de travail.