Les villes où il fait bon rouler à vélo

(Paris, le 28 septembre 2018)

Quelles sont les villes dans le monde, où il fait bon rouler à vélo ? Tous les deux ans, le cabinet danois Copenhagenize publie son «  Baromètre des villes cyclables » (1). La dernière édition a été dévoilée en mars 2018. Les grandes gagnantes de ce palmarès sont les villes du Nord de l’Europe. La première ville française, Strasbourg, se classe en quatrième position.

  1. Copenhague – Depuis 20 ans, la capitale danoise investit massivement dans les infrastructures cyclables, faisant du vélo le mode de transport le plus rapide. Depuis 2016, il y  circule officiellement plus de vélos que de voitures. Deux habitants sur trois ne possèdent pas de véhicule. D’ici à 2025, la ville ambitionne d’atteindre les 50 % de déplacements à vélo. Un objectif qui permettrait de réduire considérablement les émissions de CO2 par an. A noter que 50 % des déplacements domicile-travail se font déjà à vélo à ce jour.
  2. Utrecht : Avec un budget de 194 millions d’euros à dépenser en cinq ans, la ville située dans le centre des Pays-Bas, dispose du plus grand parking à vélo du monde. Installé sur la place Jaabeursplein, juste en-dessous de la gare, le parking dispose d’une capacité de stockage de 12 500 vélos. Plusieurs infrastructures sont mises en place pour la circulation des vélos en ville, dont des feux spécifiques, de nouvelles règles de circulation imposant aux automobiles de rester derrière les vélos, ou encore des zones cyclables spécifiques. Ces dernières bénéficient toujours d’un revêtement de couleur rouge brique pour faciliter leur reconnaissance. 
  3. Amsterdam – La capitale des Pays-Bas compte près de 800 km de pistes cyclables. Avec 600 000 vélos pour 821 700 habitants, la ville compte presque autant de vélos que d’habitants. Mais cette augmentation croissante du nombre de cyclistes pose des problèmes au quotidien avec des embouteillages… de vélos. Aujourd’hui, le développement du vélo s’est accompagné d’un renforcement de l’intermodalité, qui permet aux usagers d’emprunter plusieurs moyens de transports pour leurs trajets. A ce jour, plus de 40 % des trajets domicile-travail sont effectués à vélo.
  4. Strasbourg – Pour la deuxième année consécutive, Strasbourg figure à la 4ème place du classement de Copenhague, juste au pied du podium. Avec 560 km de pistes cyclables, Strasbourg obtient la meilleure note des villes française dans la catégorie des agglomérations de plus de 200 000 habitants. Dans cette première ville cycliste de France, 15 % des déplacements urbains se font à bicyclette. Un premier pas pour s’imposer comme un modèle d’inspiration pour les autres villes de France.
  5. Malmö - La troisième plus grande ville de Suède compte plus de 500 km de pistes cyclables. Une campagne de communication intitulée « Pas de trajets ridicules en voiture » a aussi été déployée pour développer la culture du vélo. Côté innovations, Malmö a initié le premier immeuble conçu pour une vie sans voiture : le Cykelhuset Ohboy, littéralement, la maison du vélo. Situé à proximité du centre-ville pour réduire les déplacements, on y trouve uniquement des garages à vélos et ce, à tous les étages. D’autres services seront rendus aux cyclistes comme une station de réparation équipée d’outils, pompes et matériel de lavage.
  6. Bordeaux – Avec l’adoption d’un plan vélo sur huit ans, mis en place depuis 2012, Bordeaux souhaite atteindre les 15 % de déplacements à deux roues d’ici 2020. Les principaux projets  portent notamment sur l’élargissement des bandes cyclables dans certains boulevards, la création d’itinéraires ou l’installation de feux comportant des indications pour les vélos. Pas moins de 70 actions doivent être menées d’ici 2020, avec un budget de 70 millions d’euros.
  7. Anvers - Dans la capitale flamande, 22 % des trajets domicile-travail s’effectuent à vélo. La ville a récemment investi dans une autoroute pour vélos longue de 23km. Une voie express vélo de quatre mètres de large reliant Anvers et Malines, qui dispose désormais d’une signalisation propre.
  8. Ljubljana – La capitale de la Slovénie concentre principalement ses efforts pour réduire le nombre de voitures en circulation au profit des vélos.
  9. Tokyo – Première ville non-européenne, Tokyo revendique 20 % de déplacements domicile-travail à vélo. En vue de l’accueil des Jeux Olympiques en 2020, la ville entend soutenir la construction d’infrastructures cyclables le long des routes. Pour le moment, l’accent est porté sur les places de stationnement.
  10. Berlin – Pour préparer la révolution cycliste, différents projets sont en cours. Adopté en juin 2018, le plan vélo berlinois prévoit la construction de 60 nouvelles pistes cyclables - dont  100 km de voies express - et 100 000 places de stationnement (portes-vélos, garages, boxes à plusieurs niveaux), d’ici 2025. Une interdiction de circulation pour les voitures est d’ailleurs prévue sur l’avenue Unter den Linden. Niveau sécurité, les pistes cyclables doivent désormais être élargies à 2 mètres pour faciliter les dépassements. Celles-ci devront aussi être entièrement peintes en vert pour accroitre leur visibilité. Le budget de ce plan pour l’infrastructure cycliste à Berlin a été fixé à 100 millions d’euros pour la période 2018-2019.

La suite du classement se poursuit avec Barcelone (11ème position), Vienne (12ème position) et Paris (13ème position), pour qui le réseau vélo express est attendu pour 2020 avec 130 km de voies rapides. Viennent ensuite les sept dernières villes du classement avec Séville, Munich, Nantes, Hambourg, Helsinki, Oslo et Montréal.

(1). La méthodologie de l’étude consiste en un questionnaire par ville où les habitants, et plus particulièrement les cyclistes, sont invités à répondre en notant leur ville sur une échelle de 1 à 10 en matière d’aménagements et de bien-être cycliste.