Moins de morts sur les routes en 2017

(Paris, le 10 avril 2018)

En 2017, selon le rapport provisoire de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière publié en janvier 2018, 3 456 personnes sont décédées sur les routes en France métropolitaine. Les résultats définitifs seront communiqués en mai. Mais d’ores et déjà, le bilan provisoire fait apparaître une légère baisse de la mortalité routière par rapport à 2016 (-0,6 %), soit 21 personnes de moins. Ce résultat en amélioration n’en révèle pas moins la persistance du non-respect des certaines règles élémentaires touchant à la conduite.

Sur la même période, les accidents corporels, les personnes blessées et les hospitalisations à la suite d’un accident de la route, sont en hausse :

  • le nombre d’accidents corporels est de 58 894 contre 57 522 en 2016, soit 1 372 accidents de plus (+2,4 %)
  • 74 066 personnes ont été blessées en 2017, soit 1 421 de plus qu’en  2016 (+2 %)
  • 27 674 personnes ont été hospitalisées plus de 24 heures contre 27 187 en 2016, soit 487 de plus (+1,8 %).

Facteurs d’accidents

  • la vitesse excessive ou inadaptée. Elle reste la première cause des accidents mortels ;
  • l’alcool, qui est présent dans un peu moins de 20 % des causes d’accidents mortels en 2017. Ce facteur est en légère hausse par rapport à 2016. L’usage de stupéfiants reste équivalent ;
  • le non-respect des règles de priorité est la troisième causse d’accidents mortels. Ce facteur  est en légère baisse par rapport à 2016, mais il est sur-représenté en agglomération, avec 1 accident mortel sur 6.

​Les classes d'âges les plus touchées

       -  La mortalité des jeunes de 18-24 ans est en baisse en 2017, soit -4 % par rapport à 2016 et près de -30 % par rapport à 2010 (année de référence).

       - La mortalité des personnes âgées de 65 ans ou plus, après des résultats en hausse constante depuis 2013, termine en baisse de -2 % par rapport à 2016. Une disparité dans les usagers routiers de cette tranche d’âge est à noter : 50 piétons en moins sont décédés, contre 10 cyclistes et 50 automobilistes. 

       - Les 24-64 ans représentent 52 % des accidents mortels de 2017 et s’inscrivent en légère hausse par rapport à 2016.

Les catégories d’usagers  

En 2017, 73 % des accidents mortels sont causés par les véhicules : la voiture thermique (51 %) et les deux-roues motorisés (22 %).

La mortalité automobiliste est en hausse constante depuis 2013 et poursuit son ascension avec 1 % de mortalité en plus qu’en 2016.

La mortalité motocycliste représente 19 % des accidents mortels. Soit une hausse de 9 % et un total de 56 motocyclistes tués de plus en 2017.

Evolution de la mortalité 2010-2017

Entre 2010 et 2017, la mortalité routière s’affiche en repli de -13,4 %, soit 536 vies épargnées en 2017 par rapport à 2010 (année de référence avec un pic de mortalité à plus de 4 000 personnes tuées).

Source : Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)